L’euro…pour combien de temps encore?

Sarkozy et le PS sont d’accord : l’euro doit survivre à tout prix jusqu’au 6 mai 2012
Publié le 28 octobre 2011 par Christine Tasin – Article du nº 222
C’est un joli numéro d’homme d’Etat que nous a joué Nicolas Sarkozy hier soir. Certes, je suis en total désaccord sur le fond de son discours et vais y revenir mais l’objectivité m’oblige à reconnaître que l’artiste a de la présence, de l’envergure, de l’argumentation et des capacités intellectuelles. Il est évident que si par malheur on avait encore, au deuxième tour des Présidentielles, un duel UMP/PS, le pantin Hollande, falot, hésitant et velléitaire, ne pèserait guère face à un Nicolas Sarkozy qui maîtrise parfaitement ses dossiers, et je m’en réjouis. J’ai déjà dit ici et là que l’UMP et le PS au gouvernement c’est blanc bonnet et bonnet blanc quant aux options économiques, européennes, mondialisatrices et à la société multiculturelle qu’ils veulent nous imposer, mais si on devait se retrouver à nouveau à devoir choisir entre la peste et le choléra je voterais, comme en 2007, pour un Sarkozy qui ne me ferait pas honte dans les sommets internationaux, lui, et pour une majorité à l’Assemblée UMP qui ne voterait pas, elle, le droit de vote des étrangers non communautaires… imaginez un peu ce que donneraient les urnes ouvertes à ceux qui ont contribué à mettre au pouvoir le parti islamiste en Tunisie…

Revenons au fond du discours du Président de la République : atterrant et aberrant, comme l’ont parfaitement montré lors de l’émission qui suivait l’économiste François Lenglet et Marine le Pen, qui ont pointé du doigt l’Europe et l’euro et non fait de la surenchère politicienne comme Mélenchon et Valls qui prétendent qu’en faisant payer les riches on n’a plus de problème !

Nous avons entendu des énormités, toutes destinées à nous faire avaler des couleuvres : les Français (comme tous les Européens) devraient « TRAVAILLER PLUS ET PLUS LONGTEMPS POUR SAUVER L’EURO », parce que la France « EST ENDETTEE » « à cause des choix faits par les socialistes en 1983 et en 1998-2000 avec les 35h ». La Grèce serait dans une situation dramatique « parce que les Grecs ne paient pas leurs impôts et qu’elle n’aurait jamais dû être acceptée en zone euro en 2001». « L’Europe des 27 va continuer de s’élargir ». « La réforme des retraites a sauvé la France ». « Les Français ne pourront en fait prendre leur retraite que bien après l’âge de 62 ans, avec le système des décotes ». « Il faudra poser le problème du financement de la protection sociale ». « On doit supprimer un fonctionnaire sur deux parce qu’on n’a pas les moyens de les payer » « La France doit s’inspirer du modèle qui marche, l’Allemagne », La France et l’Allemagne vont donc former un Etat à deux têtes, « avec les mêmes impôts, le même taux de TVA, la même fiscalité du patrimoine »… j’en passe et des meilleures.. « L’Europe va devoir changer de politique et cesser d’être la grande naïve des compétitions internationales ». « Un gouvernement économique de la zone euro a été décidé le 26 octobre ». « Le fonds va passer de 400 à 1000 milliards qui ne coûteront rien à personne ». « L’Europe c’est la famille, il faut protéger la civilisation européenne ». « L’Europe c’est la paix ».

Bref, un tableau décapant de la politique de l’UMPS depuis plus de 30 ans et des années noires qu’ils nous préparent : recherche du bouc émissaire – qui est toujours l’opposition- ; refus de reconnaître que depuis 1973, quand l’Etat a renoncé à être maître de la planche à billet et à pouvoir emprunter à taux zéro à la Banque de France pour dépendre des marchés, qui proposent des prêts allant de 2 à 25 % selon la note distribuée par les agences de notation, en passant par Maastricht, c’est bien l’UMPS qui est responsable de la dette ; stigmatisation des Grecs qui seraient responsables de leur malheur ; exhortation des Français à travailler toujours plus ; et, surtout, disparition de notre souveraineté pourtant bien attaquée depuis les traités de Maastricht et de Lisbonne avec appel à super Merkel imposant à la France qui n’a pas les mêmes structures, la même démographie et la même histoire le remède de cheval imposé à l’Allemagne, le tout accompagné par une gouvernance économique de la zone euro qui met un point final, et définitif, à nos velléités de choisir quoi faire de nos sous – et de nos dettes-. On ajoutera l’hypocrisie et les mensonges, l’affirmation qu’enfin on devrait mettre un peu de protectionnisme aux frontières au moment où l’on se prostitue à la Chine pour qu’elle vienne placer ses sous chez nous (pour nos beaux yeux ?) ; le vieux leurre de l’Europe servant à faire la paix pour nous faire avaler ces couleuvres, et le pire, l’affirmation que nos élites voudraient sauver « la civilisation européenne ». Qu’il ne soit même pas question de « civilisation française » en dit long, mais que Sarkozy ose faire une déclaration d’amour à l’Europe et à sa civilisation (si tant est qu’elle existe, il vaudrait mieux parler de civilisation occidentale) avec tout ce qu’il a fait pour la faire disparaître au profit d’une société multiculturelle et de traditions venues d’ailleurs, aux antipodes des nôtres, c’est une faute impardonnable.

Mais bien entendu, les gardiens du temple que sont Mélenchon et Valls, présents sur le plateau qui a suivi l’interview du Président de la République ne se sont à aucun moment levés contre les propositions faites par ce dernier, à part la diminution du nombre de fonctionnaires, évidemment. Au contraire, Valls s’est permis de faire la leçon à François Lenglet, quand ce dernier a osé dire que pour les Grecs, la sortie de l’euro était la meilleure solution ! Blasphème, l’économiste fut presque qualifié d’irresponsable ! Quant à Mélenchon, il alterna des propos justes – notamment sur le refus de copier l’Allemagne – et ses délires habituels sur « Une autre Europe est possible ». Naturellement, Pécresse, Valls et Mélenchon furent au diapason, contre Marine Le Pen, sur le thème : « Pas touche à mon Europe ».La preuve par neuf qu’ils sont tous européistes, qu’aucun d’eux n’aime vraiment la France et les Français, et qu’ils ne veulent que défendre leur pré carré électoral sans surtout renoncer à cette Europe qui nous suce le sang, à cette disparition de souveraineté qui les arrange, eux qui détestent la notion d’Etat nation.

Bref, à part Marine Le Pen qui a montré avec brio que le choix de l’Europe du Traité de Lisbonne et de l’euro étaient catastrophiques et que les économies à faire n’étaient pas là où les avait mises Sarkozy, relayée par François Lenglet avouant (il a eu du mal, les Européistes lui coupant sans cesse la parole, on se demande bien pourquoi) que les remèdes proposés ne seraient qu’un cautère sur une jambe de bois et que l’euro était sans doute inexorablement condamné, comme l’a rappelé l’économiste Jacques Sapir sans aucune langue de bois, cette soirée n’a été que poudre aux yeux, exhortations vaines et annonce de lendemains qui déchantent si l’on persiste dans la voie annoncée par Sarkozy et plébiscitée par ses rivaux du PS ou de Parti de Gauche.

Plus que jamais, nous avons eu la confirmation, hier soir, que nos dirigeants étaient prêts à toutes les fuites en avant pour que l’agonie de l’euro se prolonge à tout prix jusqu’au 6 mai 2012…

Christine Tasin

Résistance républicaine

P.S. Article de Jacques Sapir :

http://www.marianne2.fr/Sapir-l-accord-signe-ne-fait-que-prolonger-l-agonie-de-l-euro_a211943.html?preaction=nl&id=2952704&idnl=26509&

Publicités

A propos pinkette234

Je m'intéresse à tout ce qui se passe dans le monde...j'aime et aide les animaux autant que faire se peut ...
Cet article a été publié dans l'euro en phase terminale, L'euro:Comment s'en débarrsser ?, la zone euro. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s