D’Emile Henri à Anders Behring Breivik…

D’Emile Henry à Anders Behring Breivik, splendeur et misère de la propagande par le fait

Publié le 8 août 2011 par Pascal Olivier – Article du nº 211

De quoi l’action d’ Anders Behring Breivik est le symptôme ? Il semble qu’il n’y ait pas grand monde parmi ce qui nous tient encore d’élite pour poser sereinement la question. Je ne vois pas poindre un Georges Clemenceau ou un Maurice Barrès. L’un classé à l’extrême gauche, l’autre à l’extrême droite, tous les deux fort éloignés de l’idéal anarchiste, s’étaient pourtant émus du sort d’Emile Henry. Au delà de la compassion pour le sort du jeune homme, fils d’un communard condamné à mort, son acte interrogeait le temps. «Il n’y a pas d’innocents» avait-il répondu lors de son procès. Je ne vois pas poindre non plus un Jean Jaurès, pas plus anarchiste que les deux précédents mais opposé à la répression du mouvement ouvrier et aux «lois scélérates» promulguées à la suite de l’attentat d’Auguste Vaillant.

Quel est le socialiste qui aujourd’hui aurait le courage et la droiture comme le fit Jaurès à la Chambre de défendre contre la censure «Le Père Peinard» pourtant «consacré presque tout entier à injurier les députés socialistes» ? Il y existe en revanche des partisans des «lois scélérates» qui aimeraient faire taire Riposte laïque. Il y a l’inénarrable Joffrin-Mouchard, mais aussi la LDH qui intente un procès à RL. Qui était le rapporteur devant le Sénat des «lois scélérates» de 1894 limitant la liberté de la presse ? Ludovic Trarieux, fondateur et premier président de la LDH. Les chiens ne font pas des chats !

Il y a bien à gauche un Jean-Pierre Chevènement dont la filiation avec Clemenceau et Jaurès est patente. Il témoigna (1) en janvier dernier en faveur de notre ami Eric Zemmour. Ce dernier qui le tient en haute estime pense, probablement à raison, qu’il a manqué son rendez-vous avec l’histoire en 2002 par son positionnement sur l’immigration. Bien qu’opposé au «sanspapièrisme» et favorable à un contrôle des migrations, il est néanmoins partisan d’une certaine fluidification de celles-ci dans le cadre concerté d’un codéveloppement. Il refusa en 2002 le moratoire sur l’immigration que demandaient ses partisans de l’autre rive. Et que dire de son islamophilie inspirée par son ami et mauvais génie Jacques Berque dont le rêve peut se résumer à œuvrer à des «Andalousies toujours recommencées ». Funeste programme ! Quel malheur que le meilleur d’entre nous soit entravé de la sorte !

En cette fin du XIXe siècle la Question d’Orient bat son plein. C’est à gauche, paradoxalement parmi les anticléricaux, que la tradition française de protection des chrétiens d’Orient s’exprime le mieux. Clemenceau et Jaurès s’enflamment pour le sort des Arméniens. Il y eut également cette célèbre formule attribuée à Léon Gambetta : «l’anticléricalisme n’est pas un article d’exportation». La droite comme à l’accoutumée se contente plus de rhétorique et peut clamer comme Barrès (lui est sincère) «Mon cœur ne met rien au dessus d’Antioche». Cela n’empêche pas cette droite sans foi ni loi de trahir par affairisme ou par égoïsme identitaire quand ce n’est pas par philexotisme ou par fascination pour la puissance, fût-elle celle de l’ennemi.

Aujourd’hui il se trouve dans le sillage d’Adolphe Thiers un Bernard Lugan pour reprocher à la gauche son messianisme d’antan. Qu’il soit rassuré, cette gauche patriote, progressiste et universaliste n’existe plus qu’à l’état de trace. C’est pourquoi il n’y a plus de réel débat politique. La droite a en face d’elle une fausse gauche qui fait des efforts désespérés pour se distinguer de la droite par une surenchère sur des positions sociétales (diversité, mariage homo, vote des étrangers etc…). Mais même sur ces questions la différence devient ténue.

Comment s’étonner dans ces conditions que l’on ait du mal ne serait-ce qu’à nommer les choses ? Il ressort des écrits d’ Anders Behring Breivik les habituelles confusions habilement orchestrées par nos ennemis, mais aussi parfois reproduites maladroitement et innocemment, y compris dans les rangs de la résistance parmi nos camarades et compagnons :

1- Les travaillistes et autres partis de gauche en Europe ne sont pas moins innocents des malheurs de la Norvège et du malheur du monde que d’autres partis classés à droite.

2 – Quelle idée d’aller raviver l’esprit des croisades ! Notre ami Radu Stoenescu a raison, les croisades étaient des réponses mimétiques au jihad mahométan (2). A cette époque le massif des Maures en Provence était libérée depuis peu et l’Espagne toujours occupée ! Les croisades ont fait plus de mal à nos frères orthodoxes qu’aux mahométans, ne libérèrent pas les contrées soumises au joug islamique et précipitèrent la chute de Byzance. Il fallut en outre attendre encore près de 4 siècles pour que l’Espagne soit totalement libérée ! Pas de trace en revanche dans les thèses d’ Anders Behring Breivik de notre réelle réussite contre l’obscurantisme islamique comme je l’écrivais à André Gerin et à Marine Le Pen (3) : «Le souffle de notre révolution, le cri de Valmy et il faut bien le dire 74 ans d’exportation du socialisme par la Russie avaient déstabilisé l’islam comme nous n’avions jamais réussi à le faire de toute notre histoire, même durant les croisades. Nous avions mis fin aux razzias et aux prises d’esclaves sur les côtes européennes, nous avions indirectement contribué à l’abolition du califat et plus directement à la création d’Etats-nations qui sont de véritables hérésies pour l’islam.» Les Balkans libérés de l’Empire ottoman, après 4 à 5 siècles de domination, cela n’avait même pas été envisagé après la bataille de Lépante en 1571, victoire qui avait pourtant permis de mettre fin aux velléités de domination turque sur le bassin occidental de la Méditerranée. Malgré cela razzias et esclaves européens capturés en Europe (déjà jusqu’à même Oslo !) perdurèrent jusqu’en 1830. Jusque là on se contentait de l’action des Trinitaires et des Mercédaires, de leurs collectes pour racheter nos captifs, et parfois de bombardements par nos rois de la Tripolitaine ou d’Alger en représailles.

3 – Que dire de ces notions de «barbarie», de «guerre de civilisation» et de «guerre civile» ? Comment un Anders Behring Breivik ne pourrait ne pas se tromper quand même quelqu’un d’aussi avisé que le très grand Richard Millet (4), que je tiens en estime, utilise des notions en partie impropres ? S’il a raison de dire que ne peut être français quelqu’un qui continue à s’appeler Mohamed au bout de la troisième génération, rajouter qu’il s’agit d’un acte de «barbarie» ou de «guerre civile» est plus contestable.

– J’aimerais bien que nous ayons à faire seulement à des barbares. Si c’était le cas, cela se terminerait par un baptême à Reims, ou par quelque chose d’équivalent en plus moderne et républicain bien sûr, mais non moins chargé en signification et en symbole. L’islam bien que société de castes avortées, n’en demeure pas moins une société de castes qui instaure une hiérarchie entre mahométans et non-mahométans. C’est une formidable machine de guerre pour phagocyter des civilisations très supérieures à elle sans en assimiler l’âme ou l’essence. La hiérarchie inversée est certes le propre de la barbarie, mais elle ne dure qu’un temps. Avec les barbares il y a transmission, pas avec l’islam. C’est en quoi Nicole Caligaris fait un très mauvais procès à Richard Millet en lui reprochant de ne pas penser transmission (5). Continuer à s’appeler Mohamed au bout de la troisième génération est quelque chose entre une sédition et une conquête, c’est probablement ce qu’a voulu dire Richard Millet ; dans ce cas je ne peux qu’être d’accord avec lui. La grande civilisation perse s’est éteinte phagocytée lentement mais sûrement par l’islam, une partie importante du Mare Nostrum également. Aujourd’hui que les chrétiens d’Orient ne sont plus que des «indiens d’Amérique» non protégés qu’il faudra bientôt mettre dans des réserves, que les juifs du monde arabe ne sont plus, que le monde musulman est retourné à l’obscurité, il faut éviter que ce ne soit bientôt nous, les Européens, qui remplissions le rôle jadis dévolu aux chrétiens d’Orient. Sortir de l’histoire et se laisser phagocyter avec le secret espoir que cela rendra meilleur son prochain est peine perdue. C’est méconnaître l’histoire.

– Ce n’est pas non plus tout à fait une «guerre de civilisation». Nous sommes dans une politique d’Empire qui « intègre » le monde musulman. Le christianisme, formidable adaptation du judaïsme à Rome et à Athènes, a été rendu nécessaire par une politique d’Empire. Les philosophes de l’école d’Alexandrie, notamment, en firent les frais, ceci avec un texte aussi doux que l’Evangile. Je n’ose imaginer ce qui nous attend avec un texte aussi monstrueux que le Coran ! Il ne faut pas confondre guerre de civilisation et basculement civilisationnel. L’islam profondément inégalitaire et coercitif sied au monde post-démocratique que l’on nous prépare. Un Empire peut être démocratique en son centre, presque jamais à sa périphérie. S’il y a démocratie à Washington et à New-York on ne peut pas en dire autant de Bagdad. Nous nous situons géographiquement entre-deux, ce qui donne une bonne indication, une échelle, du degré de démocratie et de liberté de nos contrées. Français, Néerlandais et Irlandais savent ce que valent aujourd’hui leurs «souveraines» décisions ! Les ingérences inamicales de l’Ambassade des Etats-Unis en France ainsi que celle du département d’Etat dans notre Question islamique et les remontrances d’Obama dans le discours du Caire sur la question du voile à l’adresse des vassaux européens, sont éloquentes.

– Que penser de cette notion de «guerre civile» ? Quand des centaines de mahométans affrontent à Oslo la police le soir de Noël en vociférant le «takbir» (6) et que la police norvégienne pointe dans un rapport (7) que tous les viols élucidés l’an dernier dans la capitale sont le fait d’homme «d’origine non-occidental», que c’est le cas depuis cinq ans, qu’une des victimes témoigne que son agresseur a pris le temps de lui expliquer que sa religion l’autorisait à commettre son acte, que les imams norvégiens justifient ces viols comme l’avait déjà fait le mufti d’Australie. S’agit-il de guerre civile ou d’application de la charia ? Je crains qu’une nouvelle fois nous soyons piégés par la sémantique de l’ennemi, ennemi qui a tout intérêt à faire croire à une guerre civile. On essaiera à coup sûr de faire prendre une guerre de libération pour une guerre civile. Bien qu’un tel affrontement puisse être aussi cruel qu’une guerre de défédération, les expressions guerre de libération, d’émancipation de décolonisation ou de reconquête conviennent beaucoup mieux. La présence de collabos auprès de nos ennemis ne suffit pas à en faire une guerre civile à part entière. Le jour où le peuple se soulèvera pour rejeter la charia, aujourd’hui introduite par légères touches successives, régulières et constantes, de quel côté se trouveront les 57 Etats de l’OCI et l’Oncle Sam ?

Régis Debray, en 2003, dans sa contribution épistolaire à la commission Stasi, «Ce que nous voile le voile – La République et le sacrée», avait écrit : “Même si on ne prévoit pas de guerres ethniques et religieuses en Europe avant 2030 (les conflits dit de défédération étant les plus cruels), il y a, dans l’immédiat du pain sur la planche ; le découper de travers ferait un mauvais début”. Même si au train où vont les choses l’appel de 2030 sera devancé, ne pas découper le pain de travers voilà pour l’heure notre mission. Déjouer les pièges sémantiques et conceptuels de nos ennemis en fait partie. Anders Behring Breivik n’a fait que rajouter à la confusion. La critique de l’islam, du Coran et de Mahomet est plus que jamais nécessaire à nous comme aux musulmans pour nous libérer ensemble.

Pascal Olivier

(1) http://www.chevenement.fr/La-lettre-de-Jean-Pierre-Chevenement-dans-le-proces-d-Eric-Zemmour_a1054.html

(2) http://ripostelaique.com/le-tueur-norvegien-un-jihadiste-anti-jihadiste.html

(3) http://blog.pascalolivier.fr/post/2011/07/18/Bravo-Andre-Gerin-et-Marine-Le-Pen%2C-mais-encore-quelques-efforts-camarades-%213

(4) Fatigue du sens de Richard Millet. Ed. Pierre-Guillaume de Roux 2011.

(5) http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/06/29/de-la-faible-vue-de-richard-millet-sur-la-peau-des-francais_1541844_3232.html

(6) http://fr.wikipedia.org/wiki/Allah_akbar

(7) http://rutube.ru/tracks/4493722.html?v=a8865f4141cb98dedbcbbbb00c02bc6c&autoStart=true&bmstart=1000

Publicités

A propos pinkette234

Je m'intéresse à tout ce qui se passe dans le monde...j'aime et aide les animaux autant que faire se peut ...
Cet article a été publié dans justifiés par les imâms "norvégiens", L'attentat d'Oslo. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s