KARADZIC:le montage du « génocide »de Srebrenica

Radovan Karadzic: « Je ne suis pas un criminel de guerre ».

Interview exceptionnelle de Radovan Karadzic reproduite dans le n° 135 de la revue Balkans-Info, revue de réinformation incontournable pour comprendre les enjeux du procès Karadzic. Premièrement, le journaliste Jean Visconti nous replonge dans le contexte de l’époque :

   » Je suis retournée en Bosnie le 27 mai 1996, après un voyage aventureux le long d’une route impraticable, dont notre conducteur craignait qu’elle nous conduise dans le corridor de Gorazde, car dans cette zone opéraient souvent des groupes armés de musulmans. Précisément ce matin-là, on avait retrouvé, à Milici, les restes torturés de trois Serbes. L’IFOR des Etats-Unis avait arrêté dix musulmans, trouvés porteurs d’armes, en violation des accords, non loin du lieu de la tuerie. Les hommes avaient été remis, selon l’usage, à la milicija de Pale. Les Serbes, après les avoir contrôlés et fichés, avaient été obligés de les relâcher, parce qu’il n’existait pas de preuves évidentes qu’ils fussent les auteurs du massacre. Un examen plus approfondi leur a appris que les dix appartenaient à un groupe terroriste musulman appelé « laste » (les hirondelles), et que huit d’entre eux figuraient parmi les « disparus dans les fosses communes de Srebrenica », sur les listes de la Croix Rouge internationale déposées au Tribunal militaire de Zvornik. (note de l’Observatoire : on voit ainsi comment de faux morts ont été ajoutés  pour gonfler le montage du « génocide » de Srebrenica)

  Je suis arrivée à Pale vers les 11 h 30 du soir. Radovan Karadzic m’attendait dans la nouvelle présidence située en ville. C’était la première fois que j’entrais dans ce lieu. Un palais blanc, simple. Le bureau de Karadzic était vaste, sobrement meublé. Aux murs : les drapeaux aux aigles, ainsi que des symboles et icônes orthodoxes. Au fil des années, ces objets avaient progressivement augmenté par rapport à la première fois où je l’avais rencontré et où son bureau en était totalement privé. Cela pouvait signifier un retour à la religion et au mysticisme, ou simplement une concession à la raison d’Etat. Le Président avait l’air psychologiquement fatigué. Il devait avoir perdu vingt kilos. Il était vêtu de beige clair et paraissait encore plus grand qu’auparavant. Désormais, il était officiellement un criminel de guerre poursuivi. Pendant toute notre conversation , le ton de sa voix a oscillé entre fatigue, désillusion et douleur ». Lire  l’interview de Karadzic 

J.T.M.V. : Après les accords de Dayton, comment considérez-vous la situation actuelle ?

KARADZIC : La situation n’est pas bonne, parce que les musulmans n’adoptent pas une attitude claire par rapport à la paix. Leurs leaders continuent à déclarer publiquement qu’ils prendront la Bosnie toute entière. La lutte n’est pas finie. Le long des frontières entre leur territoire et celui de la République Srpska, les musulmans tentent d’entrer dans nos petites villes pour terroriser les populations. Ils le font pour que la peur et le malaise les poussent à partir. Il faudrait que quelqu’un les arrête. C’est écrit dans le Coran : « Pas de paix ! »…

Suite et source: http://www.islamisation.fr/archive/2009/11/03/41517437e4b76c0e2dddceb43962723f.html

Publicités

A propos pinkette234

Je m'intéresse à tout ce qui se passe dans le monde...j'aime et aide les animaux autant que faire se peut ...
Cet article a été publié dans lrs Balkans-info. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s