Françoise Buy Rebaud:Le populisme,définition…

 
Posté par Louis Lefrancle 19 avril 2011
 

Libres propos de Françoise Buy Rebaud

Autriche, Pays Bas, Hongrie, Norvège, Suède, Finlande, Italie, Belgique, Danemark, Suisse, même en Grande Bretagne, niché chez les conservateurs : le populisme, terme qui mérite une définition précise plus qu’un emploi péjoratif, progresse en Europe jusqu’aux portes du pouvoir, porté par des chefs souvent jeunes et brillants, le plus emblématique étant Oskar Freyzinger.

L’Allemagne est aussi concernée, théâtre par ailleurs d’un scandale pire que celui de « l’affaire  » Zemmour .

Thilo Sarrazin, spécialiste d’économie, est une des « têtes pensantes  » consacrées de la République fédérale ; il a occupé magistralement des postes prestigieux, dans la fonction publique ou en politique ; on vient de le congédier du dernier, celui de Président de la Banque fédérale.

Rien à voir avec les petits ennuis de MM. Chirac ou Woerth. Thilo Sarrazin a écrit : »Deutschland schafft sich ab », paru en octobre 2010 :’ l’Allemagne se défait, traduction faible du verbe « schaffen’, (réussir un fait exceptionnel), annulé par la particule « ab », signe de suppression. L’auteur précise :  » Wie wir unser Land aufs Spiel setzen  », c’est notre pays que nous mettons en jeu .

Pourquoi ce titre percutant, et la décision qui frappe l’auteur ?

Il s’agit de l’immigration, tout simplement, et peu importe si elle n’est pas le seul thème de l’ouvrage, un pavé rigoureusement charpenté, étayé, argumenté, documenté.

En France le personnel politique formaté saute illico presto dans l’antienne : » les plus sombres années de notre histoire « . En Allemagne on crie au nazisme.

Le public, lui, fait à l’ouvrage une formidable ovation, malgré sa complexité :plus de deux millions d’exemplaires dès décembre, et la vente continue, comme pour « Le camp des Saints  » de J.Raspail en France.

Il n’est pas possible d’en donner ici un résumé, par essence réducteur, auquel on devrait ajouter statistiques et courbes ; les titres des chapitres sont par contre éloquents, mais plus encore certaines citations, comme je l’ai fait pour Le camp des Saints.

Introduction, page 7  » Un pays n’est ce qu’il est que par ses habitants, et par les traditions culturelles et spirituelles encore vivaces en eux  » .

Suivent neuf chapitres, chacun ouvert par une citation : » Etat et société (F.Lassalle)  » – « Un regard sur l’avenir (F. Schiller )- « Les signes de la décadence (William Shakespeare, il y a quelque chose de pourri au Royaume de Danemark) » –  » Pauvreté et différences (Mathieu,6.26) « -Travail et politique (Psaume 90.10 ) « – « Culture et équité (Erasme de Rotterdam) « –  » Migrations et intégration (J. W.Goethe ) « – « Démographie et politique de peuplement (Cassandre de Schiller) » –  » Un rêve et un cauchemard (Goethe) ».

Ce sont évidemment les chapitres 6, 7 et 8 qui ont porté le projecteur là où la vérité blesse les yeux .

Mais dès le troisième a fusé la critique, puisque l’auteur y établit des comparaisons entre les résultats scolaires et universitaires des enfants d’immigrés de toutes provenances, y compris d »Europe, en émettant la crainte que les capacités bien connues des actifs d’Outre Rhin n’en soient affectées : »Wir werden weniger leistungsfähig  » p. 64 : nous ne sommes plus aussi performants . Noter toutefois les meilleurs résultats des enfants venus de l’Europe de l’Est .

Quant au chapitre 4, il offre des statistiques entre longévité et pauvreté dans différents pays, mais aussi un intéressant passage sur la pauvreté intellectuelle et morale, son impact sur les comportements et cette constatation que celui qui « trime  » pour gagner sa vie éprouve plus de fierté et de bien être que le bénéficiaire de prestations sociales, et que le traitement par transferts des « inégalités  » (mot employé en France, mais le terme allemand « Ungleichheiten  » signifie exactement : disparités ne peut dépasser un seuil tolérable pour la société .p.129.

Avec le chapitre 5,les analyses passent sans problème, mais c’est au chapitre 6 que les critiques s’en sont pris .
La citation empruntée d’emblée à Erasme : »les hommes ne sont pas seulement mis au monde, ils sont formés  » devrait pourtant convenir à tous.

Car les titres des paragraphes de réflexion approfondie ont dû en déranger plus d’un : « Apprendre  » – « Maitre ou exercice ? » – « Penser et apprendre par coeur  » –  » Apprendre est il à la portée de tous ? » – »Garcons et filles  » – « Quels sont ceux qui peuvent apprendre ensemble et de quel système scolaire avons nous besoin ? » Ils rappellent les thèmes des débats ( inféconds, car ideologisés ) organisés dans notre pays, mais ici traités par la logique avec référence au Pisa (programme international pour le suivi des acquis des élèves).

.Mais l’auteur a le malheur d ‘écrire : « l’intelligence humaine est de 50 à 80 pour cent héréditaire, et plus un système scolaire offre des chances à tous, plus haut monte la composante héréditaire dans les différences intellectuelles ; les réalisations les plus géniales ont toujours une forte composante génétique  » . Même les onze pages d’analyses et exemples qui suivent n’ont pu arrêter l’accusation d’appel à une politique d’eugénisme neo darwinien . Le sociologue réputé H.U. Wehler auteur d’une histoire de la société allemande en cinq volumes, a protesté  » Au lieu de débattre des thèses de Thilo Sarrazin la classe au pouvoir lui inflige une interdiction politique d’exercer son métier « .

Le chapitre 7 commence aussi mal ….. : « Migrations et intégration  » suivi du sous titre : » attendre plus, et offrir moins . »D’emblée se trouve posée l’affirmation de I.Eibl-Eisbesfeldt, selon lequel la faiblesse démographique d’un pays ou d’un groupe de pays ne justifie aucun argument politique en faveur de l’immigration et de l’occupation d’un pays .p. 257
Les paragraphes suivants :  » Immigrants originaires de pays musulmans « – » Oui ou Non à l’Islam (16 pages d »analyses ) » – » Les problèmes économiques posés par l’immigration » – « Problèmes culturels d’intégration « – » Sociétés parallèles » – » Assimilation ou crime ? »- » Que voulons nous  » « La conquête par la fécondité « – mériteraient l’inclusion ici de certains passages, dont on retient simplement le suivant, p.309 :  » Je ne préfère ni l’assimilation, par laquelle on perd son identité avec parfois la honte de ses origines, ni l’Isolationnisme, par lequel on se trouve coupé de la société du pays d’accueil . En premier lieu il faut respecter les lois de ce pays d’accueil,Deuxièmement en apprendre la langue .Troisièmement il faut être utile à la société dans laquelle on vit . » L’auteur ? / le Grand Muphti de Bosnie-Herzegovine, Mustafa Ceric . Condamnation du communautarisme si il en est .

Arrive enfin le chapitre 8 « Demographie et politique de natalité (Que les sages enfin se reproduisent !)  », étude technique des tendances dans les sociétés développées et industrialisées, aux USA, en Allemagne, qui se termine par le paragraphe :  » Pourquoi l’immigration n’est pas une solution pour l’Allemagne « . Et le 9 : « Rêve ou cauchemar « 

Après cette lecture on se souvient inévitablement de Jean Claude Barreau et d’Alain Griotteray, qui se sont exprimés en des termes voisins .

Du premier, dans  » La France va t elle disparaitre ?  » Grasset, février 1997, on relève, p. 39 . »Le sentiment d »appartenance en France est culturel . Etre français, c’est parler la langue et respecter les usages communs .C’était la même chose chez les Grecs et les Romains de l’Antiquité .

Les Barbares étaient ceux qui ne parlaient ni grec ni latin . » Et encore, p.115  » Immigrer, ce n’est pas changer de lieu géographique, c’est changer d’Histoire…quand on émigre, on choisit pour ses enfants une nouvelle patrie, donc une nouvelle histoire . Acte grave. »

Apres l’homme de gauche, celui de droite :

Alain Griotteray a publié en 1983 « Les immigrés . Le choc . », livre qu’il a commenté lui même dans un article du Figaro Magazine du 13 décembre 1997, je cite : » Le choc, c’était la surprise des Français, qui ont accueilli tant et tant d’immigrants, de constater que pour la première fois arrivaient chez eux des étrangers qui entendaient le rester . En gardant leurs coutumes et leur religion . En refusant même parfois de parler le français….Pour sauvegarder l’identité nationale, je préconisais le recours au peuple par l’organisation d’un referendum . Mon point de vue n’ a pas varié depuis  » . En précisant plus loin : »La présence sur notre sol de si nombreux étrangers ….accélère le processus de destruction de notre Etat-providence  » .

Mais c’est J.C. Barreau qui le premier, je crois, a utilisé le terme  » substitution de population  », et le néologisme qui a fait flores depuis, dans cette phrase p.57 du livre précité : « Depuis le traité de Maastricht de 1992, l’esprit européen est devenu l’européisme, que je défin irais comme une idéologie contre les nations  » .

Thilo Sarrazin a donc eu des précurseurs, mais qui a pris en compte ces avertissements ?

A noter que Guy Millière a défendu T.S. et proposé pour traduction du titre : « L’Allemagne court à sa perte « 

Cet article ne peut pas rendre justice ou condamner ce monumental ouvrage, du fait même qu’on ne peut y aborder tous les sujets traités dans ces 463 pages d’études et de conclusions . Il souligne ce qui est essentiel et justifie son succès, ou le scandale qu ‘il a soulevé .

Mais écouter l’auteur lui même en donner un condensé est particulièrement convaincant.

Il est affligeant, et surtout inquiètant, que le « couple franco-allemand » censé piloter, les yeux sur Lampedousa, la prétendue « Union  » européenne soit le plus négatif (le Danemark, hors de ce jeu, étant le plus percutant) quant aux réactions de survie des populations de l’Occident .

La pragmatique Angela Merkel, il est vrai, reconnait les fait, mais en France le bon ton est encore et toujours la règle .

Les oiseaux se cachent pour mourir. Nous, c’est en direct.

Publicités

A propos pinkette234

Je m'intéresse à tout ce qui se passe dans le monde...j'aime et aide les animaux autant que faire se peut ...
Cet article a été publié dans politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s